Nous allons bientôt introduire des fonds communs de placement pour Smallcase, déclare Vasanth Kamath de Smallcase

Smallcase propose des portefeuilles d'actions et d'ETF gérés par des analystes de recherche et des conseillers en investissement. Cela permet aux investisseurs individuels d’adopter une approche de portefeuille simple et diversifiée avec l’aide de professionnels.

Vasanth Kamath, fondateur et PDG de Smallcase, s'entretient avec Navneet Dubey de BT Argent aujourd'hui sur les petites affaires et comment elle tire parti de sa croissance ainsi que de la présence de sociétés de courtage en ligne, et bien plus encore.

Kamath a déclaré : « Nous travaillons avec des maisons de courtage de premier plan comme Groww, Zerodha, Angel One et 14 autres partenaires afin que leurs clients puissent allouer des allocations aux petits cas de leurs portefeuilles. Nous fournissons également une infrastructure aux applications de gestion de patrimoine comme ETMoney pour permettre les transactions pour leurs offres de conseil en actions et en portefeuille ETF. L’orchestration d’un écosystème de plus de 250 acteurs du marché des capitaux proposant des petites affaires dans différentes capacités (à travers des analystes de recherche, des RIA, des maisons de courtage et des plateformes de gestion de patrimoine) a été au cœur de notre modèle dès le premier jour. Extraits édités:

BT : Nous avons constaté une augmentation du nombre de jeunes investisseurs (moins de 35 ans) utilisant des smallcases. Pouvez-vous nous détailler les stratégies d'investissement qu'ils privilégient (thématiques, ESG, etc.) par rapport aux investisseurs plus âgés (plus de 35 ans) ?

VK : Au cours des quatre dernières années, le nombre de nouveaux comptes bancaires ouverts a fortement augmenté, en grande partie alimenté par une population plus jeune (moins de 35 ans) qui investit pour la première fois sur les marchés d'actions. Pour ce segment, les smallcases constituent un moyen simple et diversifié de commencer à constituer leur portefeuille d’actions et d’ETF. Leurs premiers choix sont pour commencer les portefeuilles de répartition d’actifs et les stratégies de dividendes basés sur les ETF. Au fil du temps, ils se diversifient avec des smallcases ciblés comme les smallcases thématiques (énergie verte, mobilité électrique, demande rurale croissante, etc.) et les trackers sectoriels (banque, immobilier, trackers d'infrastructures, etc.), par rapport aux investisseurs de plus de 35 ans optant pour des stratégies plus traditionnelles comme fondamentales, croissance, qualité, etc.

BT : Les investisseurs, jeunes et âgés, utilisent des smallcases pour investir à long terme. Y a-t-il des différences dans leurs périodes de détention ?

VK : Les smallcases étant des expositions à long terme, la plupart des investisseurs les considèrent comme des instruments d'achat, de conservation et SIP. Quelle que soit la tranche d’âge, plus de 90 % des investisseurs continuent de détenir leurs smallcases pendant plus de 2 ans.

BT : Les jeunes investisseurs semblent privilégier les ETF et les stratégies multi-capitalisations, tandis que les investisseurs plus âgés préfèrent les grandes capitalisations. Y a-t-il une raison à cette différence ?

VK : Les choix d'investissement des investisseurs, jeunes et plus âgés, sont influencés par plusieurs facteurs, notamment :

  • Tolérance au risque
  • Objectifs d'investissement
  • Durée d'investissement
  • et familiarité avec diverses opportunités d'investissement

En général, les jeunes investisseurs ont tendance à se tourner vers les ETF et les stratégies multi-capitalisations en raison de leur potentiel de croissance et de leurs avantages en matière de diversification. D’un autre côté, les investisseurs plus âgés peuvent être plus enclins aux actions à grande capitalisation en raison de leur stabilité et de leur potentiel de génération de revenus.

BT : Les jeunes investisseurs privilégiant les SIP (plans d'investissement systématiques) plutôt que les sommes forfaitaires, existe-t-il un type spécifique de petits cas privilégiés pour les investissements SIP (par exemple, l'allocation d'actifs) ?

VK : Selon nos données, les smallcases d'allocation d'actifs sont les plus privilégiés par les SIP de la catégorie des moins de 35 ans, avec 60 % d'entre eux les optant.

Voici les SIP pour petits cas les plus populaires :

  • Investir par tous temps
  • Actions et or
  • Énergie verte
  • Valeur et dynamique
  • 100 principales actions

BT : Future Focus : Quels sont vos principaux domaines d’intervention pour le prochain exercice ?

VK : En 2024, nous nous concentrerons sur la poursuite de l’élargissement de l’offre pour faire de smallcase une plateforme multi-actifs. Nous lancerons bientôt des fonds communs de placement, qui peuvent permettre davantage de cas d'utilisation comme l'endettement et les économies d'impôts avec les petits cas. Nous avons également suscité beaucoup d'intérêt de la part de nos utilisateurs pour l'introduction d'actifs à revenu fixe au format smallcase.

Plus largement, nous souhaitons également que les utilisateurs examinent leur portefeuille en termes de valeur nette globale, afin qu'ils puissent prendre des décisions plus éclairées concernant leurs allocations et leurs choix au sein de leurs actifs et passifs. Nous lancerons davantage d’outils à cet effet dans la dernière partie de l’année.

BT : Croissance de la plateforme : pouvez-vous partager des informations sur le volume des transactions sur votre plateforme (sur une base mensuelle, trimestrielle ou annuelle) ?

VK : Les investisseurs ont continué d'augmenter leurs allocations aux petites affaires, effectuant des transactions de plus de Rs 30 000 crore cette année (soit une croissance de 50 % sur un an)