À l’heure des fausses nouvelles

Ce texte fait partie du bulletin d'information 'Le Bulletin du Directeur', envoyé tous les vendredis matin. Si vous souhaitez le recevoir, inscrivez-vous ici.

Bonjour,

On a déjà beaucoup écrit sur la menace de démission et sur la continuité du poste de Pedro Sánchez tout au long de la semaine. J'avoue que je ne comprends toujours pas le but de l'opération, même si je reste convaincu que son allusion à sa situation personnelle brisée n'était pas quelque chose de faux. En somme, je crois que la lettre de démission et la mise en scène de lundi ont fait plus de mal que de bien au prestige de sa figure, tant en Espagne qu'à l'étranger, et je ne crois pas que la régénération démocratique à laquelle il a fait appel puisse à réaliser ensuite de son étrange mouvement.

En tout cas, cela a ouvert un débat sur les médias, c'est ce à quoi je veux faire référence dans ce bulletin. L'ère d'Internet a facilité la prolifération de milliers de titres numériques. Une étude réalisée il y a un an par le professeur Ramon Salaverria a quantifié un total de 2 930 médias numériques actifs en Espagne. Imaginez : près de 3 000 ! Beaucoup d’entre eux n’ont rien à voir avec ce que vous pourriez comprendre comme des rédactions journalistiques traditionnelles. Nous parlons de journaux avec un ou deux responsables, qui ne doivent pas nécessairement être journalistes, et, en outre, à l'heure de l'intelligence artificielle, on peut créer des journaux clones qui publient le même type d'informations avec des marques différentes et rédigés par des robots. . Médias capables de collecter les fausses nouvelles qui apparaissent sur les réseaux sociaux et de les diffuser de manière à ce que ce qui est diffusé semble avoir la garantie d'un média. Cela explique pourquoi même un maire de Madrid, comme José Luis Martínez Almeida, a commis une erreur et a fait écho à un canular comme celui selon lequel Pedro Sánchez était allé se reposer dans l'avion Falcon jusqu'à la réserve naturelle de Doñana.

Tout ne se passe pas. Et la désinformation est la pire attaque dont notre démocratie soit victime

Ces médias peuvent avoir un plus grand impact informatif grâce aux algorithmes de Google, le moteur de recherche d'actualités, qui n'a pas de critère informatif, mais se limite à amplifier ce qui a la plus grande audience, et qui renvoie aux faux contenus.

À cela, il faut ajouter l’usage délictueux qui a été fait de certains médias de la part du pouvoir. L'avant-garde a dénoncé plusieurs cas liés à l'Opération Catalunya dans lesquels ont été inventées de fausses nouvelles qui ont été publiées dans certains médias connexes et ont ensuite abouti à des poursuites judiciaires. Nous avions pris bonne note dans notre édition du 26 d'un des derniers cas connus dans le cadre d'une enquête conjointe de L'avant-garde et Eldiario.es.

Sánchez a renoncé ces jours-ci à son intention d'apporter des modifications à la loi sur la publicité institutionnelle, mais sans rien préciser. Ce n’est pas une question simple et elle ne peut être résolue par le seul pouvoir politique. Il est important d’avoir le consensus du secteur et de ne pas rater le but. La critique du pouvoir est légitime et intrinsèque à l’exercice de notre métier. On aime peut-être plus ou moins une certaine ligne éditoriale, mais elle est respectable.

Mais tout ne se passe pas. Et la désinformation est la pire attaque dont notre démocratie soit victime. Nous avons donc des devoirs à faire.

Et en revenant à notre monde quotidien de L'avant-garde, annoncent une innovation pionnière dans la presse espagnole. Nous avons été le premier journal à donner la parole à l'actualité avec un système qui vous permet de l'écouter en entier en un seul clic. Maintenant, nous sommes allés un peu plus loin et nous sélectionnons chaque jour dix actualités pour que vous puissiez les écouter toutes à la suite dans un format de playlist qui fonctionne comme n'importe quelle plateforme musicale. Et l’audio est de plus en plus un système utilisé et requis par notre public.

Plusieurs dimanches, nous publions une section intitulée En amélioration continue où nous expliquons bon nombre de ces innovations. C’est une grande satisfaction de pouvoir s’adapter aux demandes des lecteurs et d’utiliser pour cela les outils numériques. Vous le savez déjà, en conservant l'esprit et la qualité traditionnelle de L'avant-gardemais en l'adaptant aux temps nouveaux.

Bon vendredi.