Prix ​​abusifs dans les cafétérias des hôpitaux publics : « Chaque centre fixe les critères qu'il souhaite »

«Je veux commenter les prix abusifs, de véritable usure (et cela se produit depuis longtemps) à la cafétéria de l'hôpital Sant Joan Despí Moisès Broggi. Pour un petit café au lait et un croissant, ils m'ont facturé 4,50 euros. C'est la plainte que Manel Prieto a envoyée il y a quelques jours à la boîte aux lettres de participation de RAC1.cat.

Cet internaute, qui a joint le ticket du petit-déjeuner, a détaillé que le croissant « bio » coûte 2,45 € et le café coûte 1,85 € + 0,20 pour le gobelet jetable. « Le plus fou, c'est qu'ils vous facturent même le verre pour boire le café dans la même cafétéria ! », a ajouté Prieto.

Pour un petit café au lait et un croissant ils m'ont facturé 4,50 euros. Ce n'était pas une cafétéria du Passeig de Gràcia ou de Pedralbes, c'est le bar de l'hôpital Sant Joan Despí


Manel PrietoUtilisateur concerné

Quelques jours plus tard, un autre petit-déjeuner similaire, cette fois avec un latte moyen (dans une tasse normale) pour 2,20 euros. Au total, 4,65 euros pour un petit-déjeuner basique à la cafétéria de cet hôpital public du Baix Llobregat. Le croissant normal coûte 1,90 €, donc dans tous les cas le petit-déjeuner dépasse 4 €. « Tout est très cher, et la qualité n'a rien d'extraordinaire, plutôt médiocre », déplore Manel Prieto, qui se rend souvent au centre de santé parce que son père est admis.

« Cette cafétéria a depuis longtemps des prix très élevés. Cela me semble très fort qu'ils abusent ainsi, et encore plus dans un hôpital public », dénonce l'usager, qui a déjà porté plainte à l'hôpital.

Concours public

Le contrat de gestion Sodexo

Le service de restauration de l'hôpital Moisès Broggi est géré par la société Sodexo, qui vient de renouveler sa concession dans le cadre du concours ouvert par le Consorci Sanitari Integral (CSI). Le Consorci est une entreprise publique qui gère également d'autres centres de santé comme l'hôpital Dos de Maig ou l'hôpital général Hospitalet.

Les conditions qui régissent cette concession font référence à un « service de cuisine et de restauration réalisé selon des critères d’efficacité économique, sociale et environnementale et avec un niveau de qualité optimal ». Les prescriptions techniques fixent les prix de vente du personnel des centres, mais aucune limitation n'est fixée sur les prix de vente au public dans les cafétérias et les distributeurs automatiques des hôpitaux.

En contactant le Consorci pour savoir si le point du contrat qui dit que « l'entreprise devra prévoir d'éventuelles révisions si elles sont à l'origine de plaintes ou de réclamations de la part des utilisateurs et prendre en compte la qualité et la variété de l'offre par rapport à le prix qui est imputé », la réponse a été de nous rediriger vers le portail de transparence de l'organisation.

Pire encore, nous avons pu vérifier qu'à Dos de Maig les prix de la cafétéria ne sont pas exactement les mêmes qu'à Moisès Broggi, lorsque le service est régi par le même contrat de gestion. Dans l'hôpital situé au centre de Barcelone, le bar est un peu moins cher (un café au lait et un croissant coûtent 3,40 €). À cet égard, le Consorci ne donne pas non plus de réponse.

Cafétéria de l'Hôpital Clínic de Barcelone

Hôpitaux publics

Qui fixe les prix des cantines ?

Les différences de prix sont encore plus prononcées si l’on regarde de manière plus large. À l'Hospital Clínic, par exemple, un café au lait et un croissant ne coûtent que 1,85 €. À Can Ruti, ce petit-déjeuner de base coûte 2,95 €, à l'hôpital de Sant Pau il coûte 3,10 € et à Sant Joan de Déu, 3,35 €.

Ce ne sont là que quelques exemples que nous avons pu recueillir dans les hôpitaux publics de la région de Barcelone, et nous constatons que les inégalités sont importantes. Dans ces conditions, la question se pose de savoir s’il n’existe pas une réglementation générale limitant les prix des cantines des hôpitaux publics. Étonnamment, la réponse est non.

Hôpitaux publics

Prix ​​d'un café au lait et d'un croissant

Sant Joan Despí Moisès Broggi : 4,10 €

Saint Jean de Dieu : 3,35 €

Saint Paul : 3,10 €

Frères Trias et Pujol (Can Ruti) : 2,95

Clinique Hospitalière : 1,85 €

Le ministère de la Santé explique qu'aucune des lois et réglementations applicables ne fait référence aux services de cafétéria ou de restauration au sein des centres de santé. Et les normes de qualité prises en compte établissent seulement que « le service de cafétéria pour le personnel doit être disponible 24 heures sur 24 » et qu'il doit y avoir « une alimentation correcte, équilibrée, variée, appétissante et bien assaisonnée pour couvrir les différents types de repas ». de clients. »

Billet déjeuner à la cafétéria de l'hôpital de Sant Joan Despí Moisès Broggi

« Nous n'avons trouvé aucune réglementation établissant un contrôle spécifique des prix, ni dans nos propres centres, ni dans les centres subventionnés. Il faut comprendre que la gestion de ces services de restauration ouverts au public n'est pas obligatoire et, en tout cas, dépend du centre », confirme Salut en réponse aux questions de RAC1.cat. Autrement dit, la Generalitat délègue la gestion des cafétérias et des restaurants à chaque hôpital.

Prix ​​​​des cafés

Comment les hôpitaux le contrôlent-ils ?

La grande majorité des centres choisissent d'externaliser le service par le biais d'appels d'offres publics qui peuvent fixer ou limiter les prix des ventes publiques de manière plus ou moins détaillée.

Par exemple, les huit hôpitaux gérés par l'ICS dans toute la Catalogne (dont Vall d'Hebron, Bellvitge, Can Ruti et les trois principaux hôpitaux de Tarragone, Gérone et Lleida) le font. « Les concours pour gérer les cafétérias des hôpitaux fixent un prix maximum pour les articles et les entreprises doivent le respecter », précise l'Institut Català de la Salut.

Les concours ICS pour la gestion des cantines hospitalières fixent un prix maximum pour les articles et les entreprises doivent s'y conformer


Institut Catalan de Santé (ICS)

En revanche, comme nous l'avons vu, les hôpitaux qui dépendent du Comprehensive Health Consortium ne le réglementent pas spécifiquement, ce qui permet à l'entreprise gagnante d'augmenter ses prix.

L'hôpital Sant Joan Despí Moisès Broggi est géré par le Consortium de Santé Intégrale (CSI)

« Les concours sont absolument différents, chaque centre crée le sien et fixe les critères et les exigences qu'il souhaite », confirme sur RAC1.cat la responsable de la diététique et de l'alimentation de l'hôpital de la Santa Cruz et San Pablo, Gemma Navarro.

Chaque concours est un monde. Chaque centre fixe les critères et les exigences qu'il souhaite


Gemma NavarroResponsable de la diététique et de la nutrition à l'Hôpital de la Santa Cruz et San Pablo

Navarro, qui connaît bien le secteur, reconnaît que « de nombreux hôpitaux se lavent les mains » et affirme qu'il serait difficile d'homogénéiser les services de restauration car « l'autonomie de gestion est importante ». Il estime désormais qu'il faudrait établir « un minimum de consensus universel sur le prix et la qualité des produits ».

Le responsable de l'hôpital de Sant Pau explique que les hôpitaux situés dans un environnement isolé peuvent facturer des prix plus élevés car les utilisateurs n'ont pas d'alternative en dehors des portes du centre. « À Sant Pau, nous avons beaucoup d'offre gastronomique et nous devons ajuster les prix car sinon personne ne viendra. »

Gemma Navarro est responsable du service de diététique et d'alimentation de l'hôpital de la Santa Creu i Sant Pau

C’est pour cette raison que cet hôpital suit de près la proposition de l’entreprise lauréate (actuellement Boris 45 ans) : « C’est très encadré, ils ne peuvent rien changer sans l’accord du centre. » Ici par exemple, un menu du jour ne coûte que 10,50 euros.

L'absence de concurrence autour de l'hôpital est un des éléments que souligne également Manel Prieto, l'usager concerné par les prix du Moisès Broggi : « Il n'y a rien ici, soit tu bois ton café à l'hôpital, soit tu ne le fais pas. Je ne le bois pas. Et ils en profitent.

Participe!

Voulez-vous montrer vos photographies?

Ceux qui souhaitent participer à la communauté de RAC1.cat Il vous suffit d'écrire un e-mail à l'adresse e-mail de notre section Participation (participacio@radiocat.net) en joignant la photographie, en expliquant en détail pourquoi et où elle a été prise et en fournissant les informations de l'auteur pour signer l'image.

Cet article a été initialement publié sur RAC1.